Actualités

Partager sur :
27 avril 2020
Du côté des industriels et des entreprises

4 moyens de booster sa carrière

Vue 373 fois

Que vous aspiriez à une promotion, à une reconversion, ou à vous mettre à votre compte, certaines compétences paraissent prioritaires.

1. Améliorer son anglais « business »

L’apprentissage des langues connaît un nouvel essor grâce au CPF. Il faut croire que les Français ont conscience de leurs limites sur le sujet. Selon les enquêtes réalisées tous les ans par l’entreprise de formation Education First, la France navigue entre le 32e et le 35e rang sur 88 pays testés sur leur niveau en anglais. La réforme a surtout profité aux sociétés qui étaient déjà orientées B to C. « Depuis 2015, nous connaissons une croissance annuelle de 25 %, contre 2 à 3 % auparavant », souligne Natanael Wright, président de Wall Street English en France, qui précise que 70 % des clients utilisent leur CPF.

 

Autre point fort de la loi, la possibilité d’opter pour des modules ou des forfaits, plutôt que des heures, ce qui simplifie souvent la procédure en évitant les calculs d’apothicaire. Certaines spécialisations sont apparues : maîtrise de l’anglais « business », « conduite d’un entretien d’embauche en anglais », animation d’une équipe multiculturelle par exemple.

2. Utiliser le conseil en évolution professionnelle (CEP) pour faire le point sur sa carrière

Si vous êtes salarié, votre employeur a dû vous informer de l’existence du CEP au cours de votre entretien professionnel (qui a lieu tous les deux ans et fait le point sur votre évolution professionnelle). Ce dispositif d’accompagnement est gratuit. Il se déroule généralement en trois temps : l’analyse de la situation professionnelle du salarié, l’aide dans la définition d’un éventuel projet, et le conseil dans sa mise en œuvre. Souvent un premier pas vers un changement de cap.

3. Développer son assertivité

Les formations aux soft skills ont le vent en poupe. « Le développement personnel, le management fait partie des sujets les plus demandés, constate Benoît Serre, vice-président de l’ANDRH. C’est peut-être révélateur d’un manque dans les entreprises sur ces sujets, jusqu’à ce jour, et cela démontre que la dimension humaine de la vie au travail est majeure. » Dans cette catégorie, mention spéciale aux formations à l’assertivité, telles que Workissime, une « expérience de formation » lancée par la consultante Béatrice Lecerf, dont l’objectif est d’aider le participant à mieux défendre son projet. Il s’agit « non seulement de convaincre son public, mais de remporter son adhésion », précise Béatrice Lecerf. Une démarche encore plus difficile à effectuer pour les femmes. S’entraîner à prendre la parole pour booster sa carrière et briser le plafond de verre, tel est ainsi l’objectif affiché par la formation Speak Up délivrée par LNN Formation, la branche formation du site d’information Les Nouvelles News (lire témoignage p. 62).

4. Se former à l’intrapreneuriat

Vous caressez depuis longtemps le rêve de créer votre entreprise, mais vous êtes bloqué par des contraintes financières ou tout simplement la peur de faire le grand saut ? L’intrapreneuriat peut vous intéresser. L’objectif ? Porter un projet innovant à l’intérieur de votre entreprise, en s’appuyant sur les ressources de celles-ci. Certains organismes, tel Numa, proposent des formations sur le sujet, et de nombreuses écoles de commerce ont également mis en place des mastères spécialisés en intrapreneuriat.

 

TÉMOIGNAGE - Anne Stépanoff, fondatrice de la Wild Code School, école de formation au numérique et à l’informatique, qui accueille des étudiants, des personnes en recherche d’emploi ou en reconversion. « Se reconvertir dans la tech »

« Nous avons un tiers d’étudiants “professionnels”, qui ont souvent entre cinq et dix années d’expérience, et qui ont donc accumulé des heures (pour les salariés du public) ou des euros (pour les salariés du privé) sur leur CPF. Ils utilisent ce dernier pour suivre des formations chez nous. Les formations qui attirent le plus les professionnels sont intensives et durent cinq mois en moyenne ; elles permettent de se reconvertir à des métiers en forte demande dans le monde de la tech. Nos formations de développeur Web et de data analyst attirent particulièrement ces profils. Nous sommes très régulièrement contactés via la plateforme Moncompteformation, puisque toute personne peut décider de mobiliser son CPF via cette plateforme sans passer par un intermédiaire, à partir du moment où son compte est provisionné. En moyenne, nous recevons une dizaine de demandes par jour. »

M. Murat (11)

Source Challenges 15/04/2020



J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.