Actualités

Crédit: Canva
Partager sur :

Alternance : « Une addiction pour les entreprises » … Y a-t-il trop d’apprentis en France ?

29 novembre 2023 Divers
Publié par Pascal DUCOUR
Vue 50 fois

Le nombre d’apprentis a triplé en quatre ans, et frôle désormais le million chaque année. Une explosion de plus en plus remise en question devant le manque de résultats sur le marché de l’emploi et le coût d’une telle envolée.

  • En 2020, face à un marché de l’emploi des jeunes particulièrement éprouvé par le premier confinement, le gouvernement décide d’ouvrir les vannes et d’universaliser l’aide publique aux entreprises faisant appel à des apprentis.
  • Entre 2019 et 2022, le nombre d’apprentis va tripler, porté majoritairement par des étudiants post-bac, et frôle désormais le million chaque année. Soit 4 % des salariés totaux du pays.
  • Mais la mesure peine à convaincre. Pour les alternants, le résultat sur le marché de l’emploi face à un étudiant classique est relatif. Pour les dépenses publiques, la mesure s’avère de plus en plus coûteuse. Et même au sein des entreprises, la présence des apprentis peut être source de tension.

Article repéré par Jean-Claude VIGUIER (17)




J'aime

1 Commentaire

Patrice BREQUE (TARBES 14)
Il y a 2 mois
Je partage les inquiétudes mises en avant dans cet article. Dans ma carrière j'ai été tuteur, recruteur ou manager d'alternants et les dérives énoncées sont réelles. J'y ajouterais la difficulté pour un manager à trouver des volontaires tuteurs quand ils doivent former des apprentis qui ne restent pas et qu'ils sont sollicités pour recommencer sans cesse. Heureusement tout n'est pas noir ! Mon dernier employeur avait signé un accord avec les partenaires sociaux pour embaucher 1/3 des apprentis ou alternants, c'est déjà un début.
Ensuite il faut définir le projet ; l'alternant arrive avec une qualification donnée et il signe un contrat de travail (au moins dans l'esprit) qui comprend de longues périodes de formation pour l'amener à une nouvelle qualification, il n'est donc pas un stagiaire ! Sur ce point il faut être clair, y compris avec les établissements de formation qui prennent par fois quelques libertés (stage à l'étranger par exemple sur le temps professionnel).
Il faut donc bâtir un projet de recrutement et de progression sur le moyen terme avec la personne, l'expliquer aux équipes et accompagner. A la fin il faut bien anticiper les enveloppes budgétaires de la masse salariale du service pour arriver à recruter définitivement, mais rien n'est garanti et ça aussi il faut savoir l'expliquer. Pour les postes en tension c'est une bonne formule.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Ose proposer une actualité