Actualités

Partager sur :
27 mai 2020
Du côté des industriels et des entreprises

Coronavirus - Quelques conseils pour chercher du travail en période de crise

Vue 483 fois

Malgré le ralentissement économique, la crise du coronavirus a un effet contrasté sur la recherche d’emploi. Selon une étude, un salarié sur deux en recherche d’opportunité professionnelle aurait répondu au moins à une offre depuis le confinement. Comment optimiser sa recherche d’emploi en cette période ? Quels sont les secteurs qui recrutent ? Comment réussir son premier entretien via sa webcam ou son GSM ? Présenté par Jean-Olivier Collinet de Jobyourself.

Est-ce que le recrutement est toujours possible en cette période de confinement ?

Oui et de plus en plus car bon nombre d’entreprises ont reporté et vont devoir rapidement relancer les processus de recrutement. Ils se feront principalement à distance à ce stade.

Malgré le ralentissement économique, la crise du coronavirus a un effet contrasté sur la recherche d’emploi.

Selon une étude d’HelloWork, un salarié sur deux en recherche d’opportunité professionnelle aurait répondu à une au moins une offre depuis le confinement. 86% d’entre eux se disent enclins à postuler ailleurs malgré la période de confinement, 29% d’entre eux ayant même intensifié leurs recherches, selon l’acteur digital qui a sondé 1015 utilisateurs de ses sites du 6 au 9 avril.

Pour 27% des répondants, cette crise a provoqué une prise de conscience de nouvelles envies, tandis que 20% d’entre eux ont une vision négative de la gestion de la crise par leur entreprise. Ce qui semble certain c’est que l’essentiel des sondés (60%) en a profité pour mettre leur CV à jour.

Avec l’épidémie, les offres d’emploi ont chuté de 70% en mars 2020 par rapport à mars 2019. Dans l’incertitude, certains recrutements sont gelés, reportés ou annulés, mais d’autres sont bien maintenus. La situation inédite du confinement a aussi bouleversé les habitudes, poussant les professionnels RH à repenser dans l’urgence les processus de recrutement, de mobilité et d’intégration des nouveaux embauchés. Il faut donc continuer à postuler que ce soit en répondant aux offres, en envoyant des candidatures spontanées et en maintenant son réseau mais pas n’importe comment.

 Comment bien postuler en cette période ?

Les coachs emploi sont unanimes : le confinement est une période intéressante pour que les candidats dépoussièrent leur stratégie et leurs outils de recherche.

"Profitez-en pour faire le point sur vos compétences et vos réalisations, revoir votre CV, peaufiner votre profil Linkedin, travailler votre pitch, s’entraîner aux entretiens qui se déroulent aujourd’hui à distance", conseille Stéphanie Santa Maria de l’Apec.

 "Prenez du recul sur votre projet professionnel, accordez-vous du temps pour étudier le marché et cibler l’entreprise à qui vous pourrez proposer une candidature différenciante",

On pensait qu’elle était dépassée, supplantée par le mail bien plus facile et rapide à rédiger. Pourtant la lettre de motivation revient en force, surtout pendant cette crise. "Le recruteur sera sensible au candidat qui aura une démarche de diagnostic et de force de proposition.

Appropriez-vous l’argument du confinement. Montrez comment vous analysez l’impact de la crise sur l’activité de l’entreprise, ses projets, ses enjeux, proposez des pistes. Il y a là une vraie carte à jouer pour se démarquer"

Certaines sont particulièrement appréciées, et encore plus aujourd’hui, comme l’adaptabilité, le fait d’être rapidement opérationnel, ou pour les débutants, la facilité d’apprentissage et d’intégration. Surtout, ayez la positive attitude ! "Evitez les lettres négatives et anxiogènes. Vous proposez votre aide, vous êtes un apporteur de solutions",

 Les entretiens virtuels la nouvelle norme ?

 Avec le confinement, les entreprises ajustent leur process d’embauche en privilégiant les entretiens à distance. "Ces échanges par téléphone et/ou par vidéo sont parfois plus faciles et moins stressants à passer pour certains candidats". Il est vrai que candidats et employeurs peuvent conclure virtuellement une embauche, mais nous en connaissons aussi qui préfèrent attendre la fin du confinement pour se rencontrer en vrai et finaliser le processus"

Quels sont les indispensables d’un entretien vidéo réussi ?

L’entreprise où vous postulez accepte que le premier entretien se déroule en appel vidéo sur Skype, Zoom, Google Hangouts, Whereby ou d’autres outils ? Mais gardez en tête que l’exercice n’est pas aussi évident qu’il en a l’air et qu’il existe certaines règles élémentaires à ne pas oublier. Nous vous avons préparé 6 conseils pour réussir votre entretien vidéo.

  1. Vérifiez que votre compte est adapté

Ce premier conseil est à prendre en compte surtout si votre entretien doit se dérouler sur Skype, car il vous faudra utiliser votre compte existant ou en créer un pour l’occasion. Les autres outils vidéo que vous risquez d’utiliser ne demandent bien souvent pas de connexion mais simplement de cliquer sur le lien de la discussion que vous aura envoyé le recruteur.

Si “Toutoune_3502” " biloute53 " " Roco43 " est le nom de votre compte Skype habituel ? Pensez à créer un compte professionnel avec votre nom, votre prénom, votre ville de résidence et la photo que vous utilisez habituellement sur votre CV.

  1. Vérifiez le rendu de l’image

N’attendez pas que l’entretien commence pour réaliser qu’il y a un contre-jour sur l’image, ou que l’on aperçoit un poster de l’équipe du Standard dans votre dos.

Allumez la webcam de votre ordinateur et vérifiez que l’on voit votre visage ainsi que votre buste sur l’image, assurez-vous que le fond soit suffisamment neutre sans pour autant donner l’impression que vous vivez dans un hôpital. N’hésitez pas à laisser apercevoir une plante, votre bibliothèque, ou toute autre chose qui pourrait habiller légèrement le fond.

Sur Skype vous pouvez directement tester les réglages : allez dans Paramètres / Audio et Vidéo et testez votre caméra de la même façon. Sur Zoom et sur Teams vous pouvez flouter votre donc d’écran.

  1. Testez votre micro

Après avoir testé votre caméra, il vous reste à vous assurer que le micro fonctionne correctement et qu’il est réglé de manière à ce que le recruteur vous entende sans avoir besoin de pousser le volume à fond.

  1. Adaptez votre tenue au type de poste

Bonne nouvelle : il est très peu probable que vos chaussures ou votre pantalon n’apparaissent à l’écran, vous pouvez donc vous concentrer sur le haut de votre corps. Soyez vous-même et en cohérence avec l’entreprise dans laquelle vous postulez. La chemise cravate sera sûrement obligatoire pour un poste de consultant chez Deloitte, le sweat à capuche fera l’affaire pour un développeur web dans une start-up. Bon, on pousse un peu les exemples à l’extrême, mais dans l’idée, c’est un peu ça !

  1. Regardez le recruteur dans les yeux

Evitez de fixer votre image lors de l’entretien et privilégiez plutôt votre webcam. L’idée étant de donner la sensation à votre interlocuteur que vous le regardez dans les yeux. Un léger coup d’œil en bas à droite de l’écran de temps en temps est bien entendu autorisé.

  1. Notez mais évitez les notes

L’entretien vidéo se déroule comme une vraie discussion, tant dans le fond que dans la forme. Vous n’êtes donc pas aussi libre que pour un entretien téléphonique par exemple et il est déconseillé de garder vos notes à côté de l’ordinateur. Le recruteur le verra très vite si votre regard dévie vers vos notes avant ou pendant vos réponses. L’astuce consiste à coller quelques post-it sur votre écran avec les éléments à ne pas oublier (en faisant bien attention à ce qu’ils ne se voient pas à l’image) ! Puisque le bruit du clavier peut être gênant pour le recruteur, gardez un bloc et un stylo à côté de vous pour noter les éventuelles informations à retenir.

Et derniers détails qui peuvent faire la différence :

Essayez de vérifier que vous avez une bonne connexion là où vous comptez vous installer pour l’entretien. Et Si votre correspondant est à l’étranger, vérifiez bien en amont si l’heure d’appel prévue comprend ou non le décalage horaire.

Armez-vous de patience pour la réponse d’embauche

Si le mot d’ordre est de postuler pendant cette période de crise, il ne s’agit pas de se montrer trop impatient quant à la réponse finale. "Comme on ne maîtrise pas le calendrier de fin de confinement, le processus de recrutement peut être plus long qu’en temps normal. Ne vous montrez pas trop pressant en relançant plusieurs fois le recruteur. Une relance, et de préférence par téléphone, suffit largement".

En attendant, il peut être bien vu d’envoyer quelques signaux au recruteur sur sa motivation. Par exemple : en s’abonnant à la page de l’entreprise sur Linkedin et en invitant le recruteur à suivre votre profil. "C’est une façon astucieuse de se rappeler à son bon souvenir et de l’inciter à consulter votre profil qui peut apporter un éclairage.

 Question qui fâche : Vers une dévalorisation des diplômes de 2020 ?

Promettant des conditions aménagées pour la validation du diplôme. Partiels décalés à une date inconnue, annulation des examens de fin d’année ou évaluation en contrôle continu : d’un établissement à un autre, l’obtention du diplôme prend parfois de vagues airs d’arrangements aux conditions parfois surprenantes.

En ces temps troubles où le système estudiantin est malmené, mai 1968 revient dans les esprits de tout un chacun. Cette année-là, le taux de réussite atteint des sommets dans les universités françaises

Nombre d’étudiants redoutent d’être mal préparés à l’entrée dans la vie active à cause d’une formation incomplète. " C’est assez anxiogène d’arriver sur le marché du travail avec une formation non achevée. Je ne suis pas sûre d’être prête à l’embauche en sortant de tout ça.

" C’est plus qu’une appréhension, il y a une perte de valeur du diplôme dans le sens où je n’ai pas acquis certaines notions qui devaient normalement être vues dans mon master ".

Un handicap pour la future recherche d’emploi ?

On s’interroge sur la possibilité de voir les diplômes 2020 dévalués, redoutant une insertion professionnelle houleuse. Les examens à distance exposent à une forte probabilité de fraude, à une générosité de la part de certains professeurs et de fil en aiguille, à une crédibilité du diplôme amoindrie.

La perte de crédibilité d’un diplôme serait davantage une appréhension étudiante qu’un réel boulet au pied pour l’embauche.

Les avis des RH sur la question :

Le fait que les étudiants soient diplômés en 2020, moi je n’y ferai pas attention. Ce sont des choses dont on parle du côté étudiant, pas d’un point de vue RH

Le diplôme reste un passeport idéal pour trouver un travail, les entreprises et les différents acteurs de l’emploi défendent également l’approche “compétences”. […] Les futurs diplômés doivent démystifier le monde de l’entreprise et l’appréhender avec confiance. " *Le diplôme ne serait plus la voie royale pour décrocher son premier emploi

Rappel : 42% des employeurs déclarent avoir déjà recruté un candidat davantage en raison de son expérience professionnelle et de ses qualités humaines que de ses diplômes.

Les recruteurs ne voient pas une future recrue comme un diplôme ambulant, ni même comme un cursus dressé sur deux jambes, mais bien comme un parcours, une identité et une expérience singulière.



3
J'aime

1 Commentaire

Gérard PEREZ (TARBES 8)
Il y a 27 jours
trés bon article et conseils pertinants

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.