Actualités

Partager sur :

La VAE en apnée

Vue 105 fois

Fin mars, le Club VAE a organisé une activité autour de l’Apnée libre.
L’idée était d’apprendre à descendre le plus sereinement possible, le long d'un câble vertical, puis de remonter à la surface, tout aussi sereinement, reprendre sa respiration.

En arrière-plan, l’objectif était de gouter au plaisir de plonger dans une détente profonde et de redécouvrir que nous sommes plein de ressources même dans un milieu hostile.

La journée, encadrée par Fabien, moniteur agréé aux Argonautes (Toulouse), a commencé par une séance d’étirements. Certaines parties de notre corps nous ont alors rappelé qu’elles avaient besoin d’attention quotidienne. Ce moment a surtout permis de se connecter à soi-même. Puis, après un passage aux vestiaires histoire d’enfiler nos tenues d’apparat, nous sommes rentrés dans le dur : l’activité aquatique. L’eau étant à 30°C, l’immersion a été facile.

 


L’équipe encore sèche (de G à D : Stephan, Alexandre, Kader, Antoine et Christian)

 

Lors des deux premières heures, nous avons appris à prendre et à reprendre sa respiration et commencé à faire quelques apnées statiques. Deux heures pour apprendre à respirer et à mettre la tête sous l’eau, ça peut paraître un peu long, d’autant plus que respirer, on sait le faire. Par contre, respirer en sollicitant consciemment son système parasympathique, le système qui nous permet de trouver le calme en soi, est tout autre chose. L’objet des premières apnées réalisées en surface, a été d’apprendre à se relaxer et à détendre tous ses muscles, un par un, tout en prenant conscience du bien-être généré. En résumé, c’était une séance de yoga à la surface de l’eau, en position « grenouille ».

Lors de ces apnées statiques, nous avons constaté que nous sommes tous capables de dépasser les 2 minutes, sans forcer, sans lutter, tout en prenant du plaisir, celui d’être détendu.

 

Après un déjeuner léger, nous sommes retournés dans la fosse pour mettre en pratique nos acquis de la matinée mais cette fois-ci, en profondeur. L’objectif était de trouver le point d’apesanteur, là où les poussées sont à l’équilibre, et de profiter de cette absence d’effort sur notre corps pour se relâcher encore plus. La quête a donc été d’aller se détendre entre 4 et 6 mètres et de trouver la sérénité.

Pendant ces apnées en apesanteur, le rapport à l’espace-temps a changé : la terre s’arrête de tourner, les problèmes et contraintes du quotidien disparaissent. Une seule chose subsiste, la quiétude intérieure. Le temps s’est tellement arrêté que certaines apnées ont duré plus de 4 minutes.

C’est donc détendu à souhait que nous avons terminé la journée dans la convivialité, autour d’une bière, enfin une pour commencer.

Au-delà du temps passé à maintenir sa respiration et du plaisir à se retrouver, ce travail sur soi a permis d’améliorer sa confiance et sa capacité à se détendre, qualités qui sont bien utiles pour surmonter les exigences de la vie actuelle et performer.Voilà, si vous souhaitez participer à cette activité de développement personnel, avec Fabien, nous organisons sous peu une autre journée.
A bientôt, dans la fosse, je vous rassure, sans lion.

 

Philippe Clermont (26e) – philippe.clermont@enit.fr




2
J'aime

1 Commentaire

Frédéric SIRIZZOTTI (TARBES 23)
Il y a 1 mois
Excellente initiative! Pratiquant moi-même à loisir la plongée avec bouteille, je sais combien la quiétude sous-marine peut nous aider à surmonter le stress

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.