Actualités

Partager sur :
03 juillet 2020
Du côté des industriels et des entreprises

Relocalisation et réindustrialisation

Vue 93 fois

Le thème des relocalisations revient. En 2008, on avait pronostiqué le repli de la mondialisation qui remettrait en cause le prima de la finance sur la gouvernance des entreprises. 2008 marque une certaine cassure, dans la progression ininterrompue du ratio entre commerce mondial et production.

La prise de conscience que la perte de substance industrielle devenait un facteur de fragilisation commerciale et financière, la volonté de la Chine de maîtriser l’amont des chaînes de valeur, l’ascendant des modèles allemand et chinois face à la crise, la dilution de nos systèmes d’innovation, les fissurations de nos tissus sociaux sont autant d’éléments qui ont inscrit la thématique de la réindustrialisation et des relocalisations dans l’agenda politique. Une nouvelle étape a été franchie avec la résurgence du protectionnisme aux Etats-Unis.

La crise sanitaire s’ajoute à ce tableau, surlignant les dangers d’une division internationale du travail guidée par le seul objectif de la minimisation des coûts à court terme. Elle a mis en évidence la dépendance stratégique des pays avancés, dans les domaines sensibles de la santé (protections, principes actifs, matériels etc.), mais aussi des puces électroniques ou des terres rares avec des ruptures d’approvisionnement, encore tangibles. Mais a contrario, elle a révélé aussi les possibilités de reconversion rapide de nos industries et services, sous la pression de la nécessité, lorsque l’État appuie financièrement le mouvement.

Voir la suite

Christophe Dubois-Damien Président du Comité économie de l'IESF



J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.