Retour au numéro
Anienit
Vue 37 fois
15 mars 2020

La 33 avait organisé un week-end "Les 20 ans de notre Gala"

La 33ème a organisé les 20 ans de leur Gala "La nuit haute couture"


La 33 au pays des merveilles

C'est à trois mains et dans un esprit de tradition, que nous avons rédigé le récit de nos retrouvailles, 20 ans après le merveilleux gala « la nuit de la haute couture ». Déjà en 1999, nous avions à cœur de mettre la barre plus haut (échantillons de parfums Dior offerts aux visiteurs, défilé de mode avant le bal, parrainage de De Castelbajac, réplique de Tour Eiffel métallique 1/100 - un des tout premiers éléments de décoration en 3D).

Alors ce weekend de retrouvailles, nous l'avons bâti dans le même état d'esprit : ambition, organisation et émotion.

 

 

Récit :

Nous devrions tout d’abord comme il se doit remercier chaleureusement la 53ème promotion pour nous avoir invités tous autant que nous sommes, sortis diplômés ou non en ce début de siècle de l’année 2000 ; les féliciter pour avoir fait perdurer cet événement international qu’est le Gala de l’ENIT, d’avoir produit un travail titanesque de construction et d’organisation évènementiel digne d’un show à Las Vegas et d’avoir brillamment suivi les conseils de Charles M. en se rassemblant pour faire de grandes choses.

Et pour autant, nous vous parlerons de nous, avec bien moins d’orgueil que de joie de vivre et d’envie de partager notre expérience de l’événement, à l’instar du susnommé Charles. Comme le disait Pierrot, « Nous partîmes trente-trois, mais par un prompt renfort, nous nous vîmes bien plus de soixante-neuf en arrivant au port.» C’est très tôt que l’instinct nous a poussé à constituer un groupe de travail de Promo que nous avons d’abord nommé le Bureau International de Travail et d’Organisation du Séminaire des 20 ans, mais que dans un souci de parité, nous l’avons rebaptisé la Super Alliance Ludique d’Organisation et de Promotion de l’Evénement des 20 ans de notre sortie de l’ENIT. A l’image de notre expérience à l’ENIT, ce groupe s’est développé et nourri de toutes les bonnes volontés et du meilleur de chacun pour œuvrer dans un objectif commun, si simple et exceptionnel soit-il mais au mérite d’exister envers et contre l’usure du temps : rassembler le plus d’anciens de la 33 et assimilés pour célébrer ensemble et à bloc notre 20ème anniversaire.

Nous aurions pu vous parler durant des heures de cette belle province du pays des merveilles qui s'appelle le Madiran, et dont nous avons redécouvert les douceurs la veille du gala, le temps d'une visite du chateau Montus, ponctuée d'une puissante et frissonnante interprétation de Fanchon dans la "cathédrale du Thanat" : le célèbre chai d'élevage du château, ou encore la dégustation des crus des vignobles Brumont, suivie d'un repas gastronomique au château Bouscassé.

Mais nous préférons mentionner les 8 mois de préparation qui ont précédé ce week-end de retrouvailles, durant lesquels, finalement, nous nous sommes retrouvés avant l'heure : nous avons au fil des semaines vu un groupe se régénérer (merci Whatsapp !), les échanges s'intensifier, les souvenirs remonter à la surface, et l’excitation gonfler de manière irrésistible jusqu'au jour J. Ces 8 mois d'échanges nous ont véritablement mis en condition pour vivre ces 3 jours de retrouvailles en apothéose !

Nous aurions pu évoquer notre visite de l'ENIT le vendredi après-midi, généreusement préparée par l'ANIENIT et l'administration de l'école, proposée façon VIP pour la promo par Monsieur le Directeur en personne. Cette visite s'est transformée en pèlerinage, le décor que nous avions sous les yeux se floutant pour réapparaître dans l'imaginaire des 20 ans que nous avions laissés derrière nous. La course de claque que nous avons rejouée dans l'amphi D était, elle, bien réelle !

Mais nous mettrons plutôt en avant la puissance de l'ANIENIT et de son nouveau site internet, de ce réseau d'anciens qui existe bel et bien (les réseaux sociaux ont également joué un rôle important, il faut bien le dire). Tout ceci fait que nous avons pu retrouver la quasi-totalité des anciens de la promo, normaux et Deum's confondus, pour sonner la mobilisation générale.

Nous aurions pu disserter sur le traditionnel apéritif offert par l'ANIENIT, sur la qualité des breuvages proposés, la ferveur des quelques anciens qui ont su l'animer brillamment... Nous évoquerons plutôt le temps des retrouvailles ! Nous avons su prendre le temps de nous retrouver, 3 jours, plus de 24 ans après notre parrainage. Prendre plaisir à échanger sur nos vies familiales et professionnelles sans aucune contrainte d'horaire. La journée a duré longtemps et c'était bon, pas de petit lapin, montre en main, en retard perpétuel ! Nous éprouvions une certaine anxiété avant de nous retrouver mais l'évidence était là : aucun de nous n'avait vraiment changé. Nos amitiés étaient les mêmes, la confiance était la même, aucun doute : nous nous étions quittés la veille ! Cette journée en plus est l'un des facteurs de succès de cet événement ; nous devions bien ça à ceux qui venaient de loin, nous nous devions bien ça : ne pas prendre cet instant à la va-vite.

Nous pourrions vanter les mérites du gite La Ferranderie à Puydarrieux et ses 50 couchages, où nous avons passé la nuit du vendredi soir dans un environnement naturel et chaleureux, avec chambres en mode colo, eau chaude, vue sur les Pyrénées, salle de repas, buffet préparé et petit déjeuner inclus…

Et ben non, on va vous raconter comment la salle de repas s’est transformée en foyer, que les affiches, flyers de la course de Solex, Rocktambule et gala 1999, rééditions de l’AubeEnit et journal de promo ont tapissé les murs et les tables, comment l’odeur des blouses a rempli l’air pendant que l’on vidait nos verres, comment les souvenirs de nos vieux albums photos papier ont ravivé l’authenticité de nos relations et comment on a fini par démonter les lustres pour ne pas les casser et mieux profiter de la playlist de nos meilleurs SAM à J-20 ans… et comment ce fut extraordinaire de ressentir ce plaisir simple d’être ensemble et insouciants malgré nos 40 ans et quelques cheveux blancs.

Que vous dire des traditionnels repas de famille du samedi midi ? Que nous avons mangé bien trop tard ? Que nous n'avions pas vraiment faim ? Que nous ressentions la distance de l'âge avec les TQ imberbes fraîchement parrainés ? Que nous avons tous éprouvé du plaisir à constater que la famille se perpétuait avec le même état d'esprit ? Certes !

Parlons aussi des membres de la 33 qui venaient de loin : États-Unis, Émirats Arabes Unis, Allemagne, Suisse... Que d'énergie débauchée pour être là ! Que dire de nos provinciaux dont beaucoup ont roulé des heures pour nous rejoindre ? Nous avons co-voituré, nous nous avons bravé la journée de grève nationale, nous avons embêté nos conjoints, nous avons lourdement sollicité nos familles pour la garde des enfants. Mais la persévérance a payé, pour être là, pour être ensemble.

Nous aurions pu parler longuement de notre repas de promo à l'Aragon, seule table tarbaise taillée pour recevoir 100 personnes ; vous parler de la cuisse de canard confite 24 heures à l'ail et grillée, du vin qui a coulé à flots et de l'ambiance chaleureuse, des paillardes qui ont raisonné toute la soirée.

Nous préférons insister sur la cohésion, la solidarité. La volonté que nous avons manifestée de retrouver notre tempérament de défi, de marquer les esprits (les nôtres en premier), de laisser notre empreinte sur ce gala. Nous avons fait réaliser 2300* autocollants « 33 » pour marquer le coup, pour célébrer la force de notre groupe. Nous les avons distribués, répandus, collés, re-collés... pour créer le buzz. Nous l'avons fait sans orgueil et surtout pour challenger les promos suivantes, leur dire : c'est possible ! Record à battre : 96 participants ! (notez le palindrome)

 

* 2300 nombre magique dont l'explication est à retrouver en fin d'article

Nous serions indignes si nous omettions de vous parler du somptueux gala préparé par nos dignes successeurs de la 53e promotion : une décoration à couper le souffle, un voyage au pays des merveilles pensé dans les moindres détails, réalisé avec ambition, talent et précision, et une volonté manifeste d'innovation (comme cette improbable boîte de nuit aux airs de Samantha's, flanquée dans le décor de la salle de la fôret, que nous avons adorée). Oui ce gala fût une réussite indéniable, avec son lot d'anciens, de belles plantes, et de champagne appellation "dégueu" protégée comme on l'aime. Et pourtant ... nous mettrons plutôt en avant le service 5 étoiles proposé par la 53 : le coup de main pour réserver les bus pour tout le week-end, la pré-réservation des bouteilles, l'accueil aux vestiaires (si si vous auriez pu les TQs), le coin de bar gentiment réservé pour nous recevoir, avec serveurs dédiés et gestion du stock 33 de champagne : une soirée "sans souci", où le plaisir s'est fait la part belle. C'était ce que l'on attendait et vous avez assuré les TQs.

Il aurait pu être intéressant de noter que pour finir, grâce à une proximité choisie entre l’hôtel - dont le taux d’occupation par la 33 était de 96.9% - et le restaurant moderne d’en face, nous avons prolongé nos retrouvailles le dimanche matin, enfin midi, avec un brunch « détox » et des discussions de bon ton sur le cours de la bourse et l’avenir de l’industrie française et du PIB…

Sauf qu’en vérité, nous avons juste annexé la moitié de la terrasse du Burger King avec des fêtards d’autres promos pour déjà se réjouir des souvenirs de notre weekend en picorant frites et autres mets gracieux. Forts de nos instincts de connauds insouciants retrouvés, nous y avons poursuivi le fil rouge et déposé des autocollants 33 à tous les étages, tels des cairns au pied d’un sommet franchi, des balises témoins de notre retour à Tarbes, de petits vestiges qui, nous espérons, guideront les promos à venir.

Puisse notre gouaille les inspirer à célébrer avec encore plus d’énergie et de plaisirs leur 20ème anniversaire, puisse notre cohésion retrouvée inspirer les TQ’s de tous âges à vivre ou revivre ensemble leurs plus belles années avec plus de joie que de nostalgie et s'ils l’osent, avec autant de panache… mais nous savons tous que notre promo reste et restera la meilleure …

Que dire après toutes ces émotions ? Peut-être simplement "Merci". Merci à la 53 pour les merveilles que vous nous avez offertes, merci à l'ANIENIT pour avoir mis à notre disposition vos moyens humains, matériels et financiers, merci à tous les anciens de la 33 d'avoir cru en ce projet d’anniversaire et d'en avoir fait une réussite collective. Merci enfin à toi, esprit Enizard, qui nous a façonnés, nous habite, nous fait vibrer et le fera encore longtemps, nous l'espérons, pour tous les anciens et les générations futures.  

Trente troisièmement votre.

San-A, Cosette, 6-Mohr

**

2300 ÷ 33 = ?

2300 ÷69 = ?

 

Auteurs

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.