Liste des articles
ENIT Alumni
Partager sur :
Vue 226 fois
05 octobre 2023

Des anciens de la « 4 » en Estrémadure (Espagne)

Faisant suite à notre « AG » au Pays Basque de juin 2023, Yves Lavina, notre infatigable globe-trotter, a organisé de main de maître un « Voyage d’Amis : Estrémadure, terre de Conquistadors » du 10 au 16 septembre, région au sud-ouest de Madrid. Tous nos déplacements ont été faits en bus. Nous étions hébergés dans des Paradors, tous situés dans d’anciens couvents ou palais, très confortables, bons restaurants, avec des cheminements intérieurs ‘labyrintiques’ : Plasencia (2 nuits), Trujillo, Merida, Zafra, Cáceres.


Nous étions donc 27 participants : 7 anciens de la Promo Painlevé et leurs épouses, la veuve de notre copain Claude et les 12 invités amis de Yves ou d’autres anciens. Comme toujours, ce fût convivial, des participants sympathiques, un rythme soutenu, en un mot une réussite totale dans une région inconnue de tous les participants.  C’est une région d’agriculture : vigne – oliviers - élevage de vaches, moutons et surtout porcs ibériques nourris avec des glands qui font la renommée de la région - riz et maïs dans le sud. C’est une région traversée par l’histoire : celtes, romains, wisigoths, musulmans, la reconquista, Isabelle la Catholique, conquistadors (Francisco Pizzaro, Hernán Cortés et beaucoup d’autres), Charles Quint, Napoléon…qui ont tous laissé leurs traces.

Les temps forts :

Journée de regroupement, à Plasencia, ville avec des remparts, des portes fortifiées, deux églises dont la cathédrale, une romane et une gothique imbriquées l’une dans l’autre. Pour quelques participants, visite du monastère de Yuste des XV et XVI siècles où Charles Quint se retira et mourut après son abdication.

Journée nature dans le nord montagneux de la région de Las Hurdes, l’«Espagne humide », une zone rude, des routes sinueuses, des cultures en terrasses, des villages au bout du monde comme El Gasco, illustrés par le reportage « Las Hurdes, terre sans pain » réalisé en 1932 par Luis Buñuel. Nous eûmes une description de la vie dans ce village suivie d’un déjeuner rapide dans un petit « bistrot » sympathique.  Ensuite après 30km, une marche d’environ deux heures A/R nous mena au belvédère de la Antigua avec une vue magnifique sur les méandres de la rivière Melero. À nouveau des virages, 26 km, et la journée se termina par la visite du village de La Alberca et ses maisons à colombages, et surtout le concours de « Porrón » (Boire à la régalade avec ce récipient composé d’une bouteille à long col et d’un long bec conique d’où jaillit le vin).

Journée Conquistadors, avec tout d’abord la visite guidée (Guide espagnol, commentaires en espagnol incompréhensibles ce qui suscita une prise bec avec l’hispanisant Jean-Bernard) du gigantesque Monastère Royal de la Guadalupe, du XIVème siècle. Le Nouveau Monde fut conquis avec l’invocation à la vierge de Guadalupe. Il existe donc de nombreuses dédicaces mariales sous le titre de Vierge de Guadalupe au Mexique, en Bolivie, en Uruguay, au Pérou, au Salvador, aux Philippines et, bien sûr, en Espagne. L’après-midi fût consacrée à la visite guidée (En français, avec Maria-Jesus) de Trujillo au départ de la plaza Mayor avec ses palais où trône la statue de Pizzaro : la maison musée de Pizarro, l’imposant Alcazaba (Château arabe) avec une vue magnifique sur la plaine de l’Estrémadure, les citernes (Aljibes) du palais de Altamirano, les églises Santa Maria et Santiago Apostol.  Un grand nombre d’aventuriers sont revenus d'Amérique à Trujillo et y ont construit des maisons, des palais remarquables, des églises, des hôpitaux avec l'or de leurs aventures.

Journée arabo-romaine avec tout d’abord une visite de Medellin, ville natale de Hernán Cortés.  La contribution de Medellín à la conquête des Amériques au XVIe et XVIIe siècles a été importante ; en effet on compte 280 personnes qui ont quitté Medellín pour embarquer, conquérir et coloniser l’Amérique. Cela explique la fondation de nouvelles villes américaines portant le nom de Medellín : en Colombie, au Mexique, en Argentine… Il y eut aussi le 28 mars 1809 la bataille de Medellin où plus de 10 000 Espagnols et environ 4 000 Français périrent. Après les combats, une partie de l’armée française stationna pendant 47 jours dans la ville et la rasa littéralement. Visites d’un petit musée avec des vestiges romains, puis d’un petit amphithéâtre et montée à l’immense château du XIIIème siècle qui domine la ville et la rivière Guadiana, et enfin le centre ville avec la statue de Hernán Cortés. L’après-midi à Merida, capitale actuelle de l’Estrémadure, qui fût la capitale de la Lusitanie romaine, première capitale du royaume wisigoth, en 713 elle devient la capitale de la Cora Merida musulmane avant d’être reconquise par les troupes chrétiennes d'Alphonse IX de León en 1230. Nous avons visité en groupe les immenses théâtre et amphithéâtre romains. En visite libre, possibilités de voir le temple de Diane, les restes du forum, l’Arc de Trajan, le très riche musée romain, le musée wisigoth, et bien sûr de flâner. 

Journée quasi andalouse avec d’abord Badajoz, proche du Portugal, fondée en 875 par les musulmans, elle s’est alors fortement développée (25 00 habitants); en 1031 c’est la capitale importante d'un vaste royaume indépendant à l'époque de la Taifa (division de la péninsule sous l’occupation musulmane). On y trouvait les plus grandes bibliothèques du monde arabe. Le roi de León Alphonse IX conquiert la ville le 19 mars 1230. En 1936, durant la guerre d’Espagne, le 14 août 1936 a lieu la bataille de Badajoz qui a fait plus de 1 000 morts. La ville est reprise par les nationalistes espagnols. Après la bataille, a lieu le massacre de Badajoz: le général Juan Yagüe rassemble dans les arènes entre 2 000 à 4 000 personnes et les fait exécuter, soit une estimation haute de environ 10% de la population. L’enceinte fortifiée de Badajoz est la plus longue d’Espagne et la citadelle est la plus grande d’Europe et l’une des plus grandes au monde. Pour la visite, nous avons à nouveau été accompagnés par la guide Maria-Jésus : citadelle arabe de l’Alcazaba, cathédrale avec un magnifique retable, plaza de la Soledad, plaza Alta, visite de la ville. Puis direction vers Jerez de los Caballeros, ancienne Commanderie du Temple d’où son nom, où nous avons été guidés spontanément par une jeune femme, Ana Maria, pendant que ses garçons étaient au foot : visite de l’Alcazaba et de la maison natale de Vasco Nuñez de Balboa le découvreur du Pacifique, vue sur l’église St Barthélémy avec son clocher en briques et la façade décorée d’azulejos (Faïence bleu), statue de Hernando de Soto (Compagnon de Pizarro et Diego Almagro).

Journée des vins d’Estrémadure. À Almendralejo, visite du Musée des sciences du vin (Histoire, ethnologie, culture de la vigne, vinification …), suivie d’une dégustation à 11h00 ( !) d’un « Ribera del Guadiana ». Pour certains, nouvelle dégustation à la Bodega Romale, sinon petit tour de ville. En début d’après-midi, par un chemin rural « secouant » de quelques kilomètres, étape à la Bodega Palacio Quemado, avec une ultime dégustation et achat de vin. Puis direction Cáceres, avec en cours de route la vue de porcs noirs dans une « dehesa » (Parcelle riche en herbe et chênes verts). La question, non tranchée est de savoir qui a vu en premier ces porcs de race ibérique qui normalement ne sont pas dehors en septembre (pas de glands).  À Cáceres, visite de la vieille ville, complexe urbain du Moyen Âge et de la Renaissance des plus complets au monde avec de nombreux palais et maisons nobles (patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1986). La ville est fortifiée avec des murs en adobe (Mélange d’eau, argile et paille hachée séché au soleil), murs encore partiellement conservés de nos jours. Visite faite avec le guide Marco : palacio de las Cigüeñas, collège des jésuites, arche de la Estrella, église San Mateo, co-cathédrale Santa Maria, où Marco nous a raconté comment sa grand-mère qui était toute petite taille avait survécut à un bombardement républicain pendant la guerre d’Espagne, alors que les grandes personnes avaient été tuées par des éclats de bombe.

Journée de retour, en bus jusqu’à Plasencia pour récupérer les voitures ou prendre le train, pour « rentrer maison ».

Jean-Marie Deladerrière

Sources : Livret de voyage établi par Yves Lavina – Wikipédia – Apports personnels

Photos : Jean-Marie Deladerrière – Claude Carbon

Auteurs

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.