Liste des articles
Article traduit de Forbes US – Auteur : Heidi Lynne Kurter
Vue 782 fois
03 août 2021

Entretien d’embauche : 3 erreurs à ne plus faire

Il n’est pas surprenant que les demandeurs d’emploi se sentent encore inférieurs lors du processus d’entretien, bien que le marché soit axé sur les candidats. Traditionnellement, les employeurs dominaient les entretiens grâce à des tactiques d’interrogation. Ils savaient qu’ils détenaient le pouvoir parce que les emplois étaient rares et qu’ils étaient en mesure de contrôler le processus. Cependant, les temps ont radicalement changé.


La pandémie a engendré des niveaux élevés de chômage, ce qui a donné lieu à l’un des marchés les plus compétitifs des 20 dernières années en faveur des candidats. En fait, les candidats qualifient désormais les entreprises en fonction des horaires flexibles, des possibilités de travail à distance, de la culture d’entreprise, de l’évolution professionnelle et des avantages sociaux, pour n’en citer que quelques-uns. Pourtant, de nombreux demandeurs d’emploi sont désespérés à l’idée de trouver un emploi et négligent le pouvoir qu’ils détiennent. Ainsi, le désespoir les conduit à rejoindre une entreprise qui ne leur convient pas. Les conséquences de cette attitude sont dévastatrices pour la santé mentale et le bonheur des employés et, dans certains cas, les poussent à abandonner complètement un secteur. Tout cela aurait pu être évité s’ils avaient su quelles erreurs ils commettent lorsqu’ils cherchent un nouvel emploi et passent un entretien.

Voici trois erreurs que les demandeurs d’emploi commettent par désespoir.

1/ Ignorer les signaux alarmants pendant l’entretien

Il peut être compliqué de distinguer une bonne opportunité d’une opportunité toxique, si vous ne savez pas quels sont les signaux d’alarme à rechercher lors d’un entretien. Ayant travaillé sur un lieu de travail toxique, j’ai vu les signaux d’alarme pendant l’entretien, mais je les ai ignorés. Je cherchais désespérément un emploi et je pensais que ces signaux ne seraient pas si graves en rejoignant l’entreprise. Il s’avère que ces signaux d’alarme sont devenus les éléments qui ont détruit ma santé mentale, m’ont conduit à quitter l’entreprise et à reconsidérer entièrement mon parcours professionnel.

Voici les signaux alarmants à repérer lors d’un entretien :

– Le langage corporel du recruteur montre qu’il ne vous prête pas attention ou qu’il n’est pas intéressé par ce que vous avez à dire (il roule les yeux, il a l’air agacé, il semble mal à l’aise, etc.)

– Il évite de répondre aux questions, donne des réponses vagues ou tourne en rond.

– Il donne une réponse générique pour tenter de vous satisfaire lorsqu’on l’interroge sur la culture de l’entreprise.

– Le recruteur semble se contredire.

– Il se plaint de ses employés et/ou critique les anciens employés dans cette fonction.

– Il n’y a pas de plan de carrière ou d’objectifs en place.

– Il est incapable d’expliquer clairement les responsabilités ou les attentes du poste.

– Le processus d’entretien est désorganisé et chaotique, il y a un manque de communication. 

– Il n’y a pas de plan d’intégration ou de formation en place pour vous préparer à la réussite.

– Le responsable du recrutement domine l’entretien sans que vous ayez le temps de poser des questions.

– Il arrive en retard ou reporte les entretiens à la dernière minute.

Bien que cette liste ne soit pas exhaustive, elle vous donne une idée de ce qu’il faut rechercher lors d’un entretien. Reconnaître les signaux d’alarme qui apparaissent au cours de l’entretien vous permet de décider en connaissance de cause s’il s’agit ou non de la bonne opportunité pour vous. Bien qu’un seul signal d’alarme de la liste ci-dessus n’indique pas toujours un problème, il est important de comprendre exactement dans quoi vous vous engagez afin de ne pas être pris au dépourvu par des modèles ou des comportements, si vous devez rejoindre l’entreprise.

2/ Ne pas faire de recherches sur l’entreprise

Faire des recherches sur un employeur potentiel ne se limite pas à faire une recherche Google du nom de l’entreprise et à voir ses notes. Prendre le temps de faire des recherches approfondies sur une entreprise présente de nombreux avantages. Non seulement cela vous donne plus de confiance et vous prépare mieux à l’entretien, mais cela vous permet de mieux comprendre si l’entreprise vous convient ou non. En outre, vous vous rendrez rapidement compte si l’entreprise ne correspond pas à vos valeurs et quelle est sa position au niveau social.

Voici quelques moyens utiles de faire des recherches sur une entreprise :

– Visitez les pages professionnelles LinkedIn pour voir quelle est l’ancienneté moyenne d’un employé.

– Lisez les avis négatifs et positifs sur Glassdoor, Indeed et d’autres sites d’évaluation.

– Faites des recherches sur le responsable du recrutement, les cadres et les membres de l’équipe sur LinkedIn. C’est un excellent moyen de trouver un terrain d’entente avec les personnes que vous rencontrerez en entretien, ainsi que de voir comment elles traitent leur équipe et s’engagent avec les autres sur la plateforme.

– Renseignez-vous sur les valeurs fondamentales, la mission et la vision de l’entreprise pour voir si elles correspondent à ce que vous recherchez.

– Consultez les réseaux sociaux de l’entreprise pour voir comment elle interagit avec les personnes qui commentent ses publications et comment elle répond aux critiques négatives, le cas échéant.

S’il s’agit d’une start-up, assurez-vous de rechercher le fondateur individuellement pour découvrir son parcours professionnel. Une fois, j’ai fait l’erreur d’accepter un poste qui relevait du fondateur sans faire de recherches sur son ancienne agence. Ce n’est qu’après avoir rejoint son entreprise que j’ai rapidement appris que le fondateur avait une terrible réputation dans le secteur pour avoir maltraité les autres. Une recherche rapide de son nom sur Google a donné lieu à des commentaires choquants sur les mauvais traitements qu’il infligeait aux clients et aux employés. Si j’avais fait mes recherches avant de rejoindre l’entreprise, cela m’aurait évité de rejoindre un lieu de travail toxique. Le magazine Corporate Responsibility a révélé que 69 % des demandeurs d’emploi n’accepteraient pas un emploi dans une entreprise qui a une mauvaise réputation, même s’ils étaient au chômage.

3/ Ne pas poser les bonnes questions

La plupart des demandeurs d’emploi ne réalisent pas qu’un entretien d’embauche est une voie à double sens. L’entretien est l’occasion pour le candidat et l’employeur d’en apprendre davantage l’un sur l’autre et de voir s’ils sont compatibles. Malheureusement, les candidats considèrent toujours l’entretien comme une tentative désespérée de se vendre et de convaincre l’employeur, tout en négligeant les signaux d’alarme qui existent au sein de l’entreprise.

Ne pas poser les bonnes questions est le moyen le plus rapide de se retrouver dans un milieu de travail toxique. L’erreur la plus courante des demandeurs d’emploi est de poser des questions d’entretien génériques ou de ne pas préparer de questions du tout. L’entretien est le moment de découvrir les éléments les plus importants du rôle, de la culture d’entreprise et de la relation avec le manager et l’équipe. Tant le candidat que l’employeur doivent sortir de l’entretien en sachant s’ils vont ou non aller de l’avant.

Voici quelques exemples de questions ciblées à poser lors d’un entretien :

– Qu’est-il arrivé à la personne qui occupait précédemment ce poste ? Combien de temps a-t-elle occupé ce poste avant de partir ? Qu’en est-il de la personne qui l’a précédée ?

– J’ai remarqué que quelques critiques en ligne mentionnaient une culture de commérage de la part de la direction et un environnement de travail toxique. Pouvez-vous m’en dire plus à ce sujet et me dire comment vous vous efforcez d’y remédier ?

– De quelle façon accueillez-vous les commentaires ? Donnez-vous également un feedback aux employés ? 

– Comment le feedback des employés est-il utilisé pour améliorer leur expérience globale ?

N’ayez pas peur d’approfondir la réponse de votre interlocuteur. Après un entretien, prenez le temps d’analyser les réponses que vous avez reçues ainsi que les doutes, les questions ou les préoccupations que vous pouvez avoir. L’étape suivante consiste à contacter le recruteur par courrier électronique pour obtenir des réponses à ces questions. Le plus important est que vous preniez une décision qui vous convienne en toute connaissance de cause, et non une décision prise par désespoir.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Heidi Lynne Kurter

Auteur

Manager de transition, ancien dirigeant, je passe mon temps, à travers plusieurs associations, à apporter mon expérience et mon savoir-faire à tous les dirigeants et chefs d’entreprises, qui ont souhaitent avoir un œil neuf pour dynamiser leurs activités ou à les sortir de leur isolement.
Et je suis collectionneur et passionné de véhicules anciens Voir les 48 autres publications de l'auteur

Articles liés

Commentaires

1 Commentaire

Philippe MAURIN (TARBES 20)
Il y a 2 mois
Merci Michel pour avoir partagé cet excellent article. Pour ma part lorsque l'on ne répond pas à la question , ou lorsque l'on a affaire à un personnage qui dénigre ses collègues, c'est un très bon indicateur de problème ultérieurs , et pas seulement lors d'une embauche! Nous avons alors affaire à un chercheur de coupables et non à un trouveur de solutions. Cela conduit toujours à la ruine.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.