Liste des articles
iStock
Partager sur :
Vue 98 fois
12 octobre 2023

Prise de parole en public : 12 conseils pour améliorer votre communication verbale et non-verbale

Publié par Alcyone Guillevic | Expériences

Prendre la parole en public est un exercice compliqué, surtout dans le monde professionnel. Qu’il s’agisse simplement de piloter une réunion, d’animer une conférence, de prendre la parole lors d’un événement ou de présenter un projet devant des centaines de personnes, la prise de parole en public demande un investissement important. S’exprimer devant un public, c’est sortir de sa zone de confiance, parvenir à maîtriser ses émotions, son trac, mais aussi et surtout essayer de convaincre et persuader l’audience. Cette tâche vous a été confiée, et vous avez l’envie profonde d’avoir une posture confiante, maîtrisée, à la hauteur de votre expertise.

Voici donc quelques conseils pour améliorer votre communication verbale et non verbale lors d’une prise de parole.


5 astuces pour améliorer votre communication non verbale

La communication non verbale regroupe l’ensemble de votre gestuelle, tout ce que votre corps dit pour vous, lorsque vous vous exprimez à l’oral, et même lorsque vous ne dites absolument rien !

Maîtrisez votre posture

La posture est importante lors d’une prise de parole. Assurez-vous d’être droit, les épaules dégagées et ouvertes. Il est possible que des personnes ne vous connaissent pas et vous découvrent pour la toute première fois lors de cette prise de parole. Une posture ouverte et confiante permet de soigner la première impression que vous faites.

L’audience doit vous sentir prêt, confiant, et content de prendre la parole !

Adoptez une gestuelle engageante

La gestuelle est elle-aussi assez importante dans la communication non verbale. Evitez de croiser les bras, par exemple, signe de protection, de fermeture ou d’insécurité.

Il est aussi recommandé d’éviter les gestes brusques avec vos mains. Des mains proches du corps indiquent à votre public que vous maîtrisez vos réponses, dans le sens où vous pourriez par exemple réciter un discours que vous avez révisé maintes et maintes fois. Vous êtes si concentré sur vos mots, de sorte à ne pas les oublier ou ne pas vous tromper que vous ne laissez pas votre corps s’exprimer.

A l’inverse, des mains ouvertes, dégagées du corps ont tendance à rendre le discours plus authentique, spontané, gage de confiance.

Limitez les signes de nervosité

Faire sautiller votre jambe, jouer avec vos doigts, mordre l’intérieur de votre bouche, vous gratter la tête : autant de gestes automatiques qui vous trahissent ! Inconfort, malaise, réflexion, doute... ce sont les ressentis qu’aura votre audience si vous ne maitrisez pas ces signes de nervosité. Il est alors utile, avant votre prise de parole, de pratiquer des exercices de respiration pour vous calmer, vous apaiser. Pratiquez également des exercices de visualisation ! Essayez de penser à votre discours et tous les bénéfices que vous allez en retirer. Projetez-vous sur scène, confiant, sûr de vous, imaginez une présentation parfaite, telle que vous l’envisagiez, un public réceptif et à l’écoute.

Dédramatisez ! Prendre la parole n’est pas évident. Dans un contexte professionnel, bien qu’il y ait une certaine pression liée au business, au besoin de convaincre, vous n’en restez pas moins un humain comme tout le monde ! Il est fort probable que d’autres personnes présentes dans le public ne soient pas à l’aise avec la prise de parole en public, elles sont en mesure de comprendre vos signes de nervosité. Vous n’avez pas besoin d’être parfait, simplement authentique, un minimum préparé et vous devez croire en ce que vous dites !

Ayez un regard convaincant

Lorsque vous vous exprimez en public, veillez à regarder vos interlocuteurs. Il est essentiel de créer une connexion visuelle. Celle-ci vous permet déjà de transmettre votre message avec plus d’intention mais aussi de percevoir les signes d’incompréhension, de doute, de question, chez l’autre.

Essayez de balayer du regard l’intégralité des personnes qui vous écoutent, en vous arrêtant une ou deux secondes sur chacune d’elle. Les yeux parlent énormément, ne l’oubliez pas.

En revanche, il n’est pas question de fixer sans relâche une personne si vous n’échangez pas, cela risque de la mettre mal à l’aise. Faites des pauses, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à vos notes, ou à observer votre présentation. Dans une grande salle, si regarder le public vous stresse énormément, fixez un point à hauteur d’yeux au fond de la salle, votre repère, le temps de prendre confiance en vous, en votre discours.

Souriez, vous êtes écouté

Ce n’est pas parce que vous êtes dans un environnement professionnel, que vous devez laisser votre sourire en coulisse. Qu’importe votre domaine d’activité, il est capital, indispensable de sourire lorsque vous vous exprimez en public. Un visage fermé, peu expressif, n’est pas chaleureux, n’invite pas forcément à créer une connexion.

En vous exprimant face à d’autres personnes, vous vous engagez personnellement, vous leur donnez accès à une part de votre identité. Un sourire n’empêche en rien de convaincre, de persuader, de donner un cap. Le sourire est contagieux, il vous rend accessible, enthousiaste. Face à vous, vos interlocuteurs se sentiront plus à l’aise, dans un environnement convivial, et auront tendance à bien plus libérer leur parole, poser leurs questions. Votre sourire est un signe d’empathie, de confiance en vous, d’assurance, de sympathie, même si vous devez émettre une critique, une remarque, faire un bilan négatif, etc. Vous verrez, un sourire est toujours plus impactant qu’un visage fermé. Vous parviendrez toujours plus à captiver votre public.

7 conseils pour perfectionner votre communication verbale

Contrôlez le volume, le débit de votre voix

Lorsque vous vous exprimez, il est important de contrôler le volume de votre voix, d’une part. Parler dans votre barbe donne l’impression que vous n’avez pas confiance en vous. Il est capital de parler avec un volume adapté à la taille de la salle dans laquelle vous prenez la parole, au micro que vous avez ou non. Projeter votre voix, c’est faire voyager vos idées de votre bouche jusqu’aux oreilles de vos interlocuteurs. C’est un gage de confiance, d’assurance. Parler trop fort, en revanche, pourrait faire l’effet inverse : déranger, brusquer, vos interlocuteurs.

Contrôlez également le débit de vos paroles : inutile d’aller plus vite que la musique pour être débarrassé de votre discours ! Prenez le temps de parler. D’une part, cela permet à vos interlocuteurs de bien comprendre vos propos, de les accueillir. D’autre part, cela vous permet à vous d’être plus posé, de penser à la suite de votre discours. Un débit modéré vous permet d’organiser votre pensée, d’être cohérent, de faire une pause, des phrases complètes et pas trop longues.

Articulez quand vous parlez

L’articulation est essentielle lorsque vous parlez. Avant votre prise de parole en public, pratiquez quelques exercices de mastication, comme si vous aviez un chewing-gum dans la bouche.

Veillez à prononcer chaque mot, chaque syllabe. Articuler est important, car vous adressez un message à des interlocuteurs. Il faut qu’ils vous comprennent pour être convaincu que votre produit, vos services, sont les meilleurs. Ne pas articuler, c’est perdre leur attention et donc des opportunités. C’est même risquer d’être mal compris, mal interprété.

Faites des pauses

Lorsque vous réalisez votre présentation, n’oubliez pas de faire des pauses. Quelques secondes, simplement.

Dans un premier temps, ces pauses vous permettent à vous de reprendre votre souffle, d’organiser vos idées, de dynamiser votre discours en indiquant à votre public que vous passez à un autre point.

D’autre part, cela vous permet d’observer les personnes qui vous écoutent, de manière à identifier des signes d’impatience, d’incompréhension. Vous leur donnez aussi l’occasion de vous interrompre si besoin.

Communiquez avec votre public grâce à l’écoute active

Ce n’est pas parce que vous êtes face au public qu’un mur invisible vous sépare et vous empêche de communiquer avec lui. Adoptez un discours ouvert, enclin à l’échange.

Si vous prévoyez une session question/réponse, indiquez-le en début de présentation. Si vous acceptez d’être interrompu durant votre présentation, précisez-le également. Lorsque vous effectuez vos pauses, demandez à votre audience si elle a des questions, des doutes, des remarques à faire, mais demandez-leur également si vous êtes clair, si vous n’allez pas trop vite, s’ils ont besoin que vous reveniez sur un point précis.

Adaptez votre discours à l’interlocuteur
.......

Article repéré par Jean-Claude VIGUIER (17)

Auteur

Alcyone Guillevic

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.