Liste des articles
Anienit
Vue 123 fois
29 juin 2021

Enquête insertion CGE 2021

 Cette année l'enquête insertion des diplômés des grandes écoles a été réalisée pendant la crise sanitaire Covid-19.
Les résultats présentés dans le rapport de la CGE s’appuient sur environ 100 000 réponses  collectées entre décembre 2020 et mars 2021. Cette 29e enquête mesure donc les premiers impacts de la crise COVID-19 sur le recrutement des jeunes diplômés des Grandes écoles.


La Conférence des grandes écoles (CGE) dévoile les résultats de sa 29ème enquête annuelle sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés de ses écoles membres(Ingénieurs ,managers, archi, science po...).  Cette enquête mesure donc les premiers impacts de la crise Covid-19 sur le recrutement des jeunes diplômés des Grandes Ecoles en particulier sur la promotion 2020 (et les deux précédentes) impactée pendant leur recherche d'emploi.

 Nous allons ici parcourir les principaux résultats de l'enquête en illustrant chaque chapitre par une comparaison avec les jeunes ingénieurs Enit .Nous utilisons les planches habituellement présentées au CA de l'Enit sur lesquelles nous avons reporté les valeurs de l'ensemble des diplômés des grandes école et lorsque c'est possible des écoles d'ingénieurs uniquement .

PARTICIPATION

Sans surprise, cette année, le contexte sanitaire et économique défavorable au marché de l’emploi
des cadres a eu un réel impact sur l’entrée dans la vie professionnelle des jeunes diplômés

"contrairement aux années précédentes, pendant lesquelles les diplômés avaient bénéficié d’un marché de l’emploi très
favorable ».

La principale difficulté citée par les diplômés en quête d’un emploi est le peu d’offres, citée sept fois sur dix (73,9 %), devant le manque d’expérience professionnelle (62,4 %) ; l’ordre était inversé l’an dernier.A noter que six diplômés sur dix (toutes promotions confondues) ont indiqué avoir rencontré des difficultés liées à la pandémie. dans le cadre de leur insertion ou de leur emploi.La proportion est plus grande pour la promotion 2020 : 66,4 %. Parmi les impacts les plus souvent cités
chez nos jeunes diplômés, le recours au télétravail (59,9 %) les offres d’emploi moins fréquentes
(54,6 %) et la baisse des propositions de recrutement (46,6 %).

  La proportion de diplômés des Grandes Ecoles en recherche d’emploi au moment
de l’enquête augmente par rapport à l’année dernière : elle est de 17,7 % en 2021, contre 10,2 %
en 2020.

 


Par ailleurs, le départ en volontariat s’est également avéré plus difficile (les voyages à l’étranger
étant souvent compromis compte tenu des restrictions de déplacement).
Le contexte particulier a incité plus de jeunes à poursuivre leurs études, dans l’attente de trouver un emploi : 9,9 % ont fait ce choix contre 8,2 % en 2020.et beaucoup plus pour le diplomés ENIT soit 14.2%.

De plus, cette année encore, et malgré la crise économique,
77.7% des jeunes diplômés (71% pour l'Enit) ont trouvé un premier emploi moins de deux mois après la fin des études. Pour une grande part, le contrat était même signé avant l’obtention du diplôme.



Moins de départs à l’étranger et moins d’emplois en Ile-de-France, au profit de la province:
La part des emplois à l’étranger recule de 1,3 point. . La part des emplois en Ile-de-France recule
largement pour tous les types d’écoles : 60 % des emplois d’ingénieurs en France se situent en
province , 12% pour l'ENIT. Cette différence tout a fait en ligne avec la vocation de décentralisation à l'origine de la création des ENI's a des répercussion sur les salaires en particuliers, nous y revenons plus loin.


 

Une (légère) baisse des salaires hors primes, pour la première fois depuis plusieurs années
En France, le salaire brut annuel moyen hors primes s’établit à 35 461 €, soit une diminution de 0,7
% sur un an. Selon le type d’école, la situation est plus contrastée. Les ingénieurs recrutés le sont
au même niveau de salaire que l’an dernier.
Bien que nous n'ayons pas suffisamment de données, il semble évident que l'impact sur les primes a dû être beaucoup plus important!

 

et pour l'ENIT:


Rappelons encore un fois que le salaire en IDF est supérieur celui obtenu en province. Pour les 3 promotions consultées,la moyenne  IDF est de 39700€ alors que la moyenne provinciale est de 33700€ . Si on calcule une moyenne CGE virtuelle en passant la proportion de 40% en IDF à 12% comme c'est le cas pour notre école, on obtient alors une valeur référence pour  l'ENIT de 34400€.

Au global,les secteurs qui ont le plus embauché sont les sociétés de conseil , les sociétés de services informatiques et le BTP.
 Bien sur les écarts vs cette moyenne sont très important car ils dépendent de la spécialité des écoles . Pour l'Enit noter des valeurs supérieures à la moyenne  dans les sociétés de conseil,le BTP et l'industrie du transport (Aéronautique ,spatial, automobile..) .

 

les entreprises qui embauchent des ENIT sont plutôt dans le créneau 50 à 250 personnes en comparaison des statistiques générales.



Quant à la satisfaction des diplomés sur leur formation les chiffres sont trés bons:

Anne-Lucie Wack, Présidente de la Conférence des grandes écoles et Directrice générale de l’Institut Agro insiste en conclusion:
 « Nous pouvons ainsi encore une fois constater à quel point le diplôme des Grandes Ecoles est une valeur sûre et un passeport pour l’emploi, même en période de crise exceptionnelle »

 En pièce jointe vous trouverez tous les détails dans le rapport complet qui est bien fait et facile à lire

pdf icon 2021-06-15-enquete-insertion-cge-2021.pdf

Auteur

Articles liés

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.