Retour au numéro
Vue 380 fois
01 avril 2018

Michel MURAT (6)

 L ’ANIENIT s’est entretenu avec Michel Murat, 6ème promotion, ancien chef d’entreprise, « référent entreprises » au sein de l’association ECTI OCCITANIE 


Michel, quel est le rôle d’un référent Entre-prises chez ECTI ? 

Il est triple : 

• Offrir un guichet unique aux entreprises qui nous sollicitent 

• Animer l’équipe des Ectiens spécialisés dans l’activité Entreprises 

• Définir et mettre en oeuvre notre straté-gie en direction des entreprises (y com-pris le volet Prospection vivement souhai-té par la direction d’ECTI). 

 

Comment as-tu hérité de cette fonction ? 

Les choses se sont faites naturellement sous la houlette du Délégué régional, qui souhaite que ce territoire se concentre en priorité sur l’entreprise. J’étais bien sûr partant et mes collègues Ectiens m’ont tout de suite adopté ! 

Pourquoi toi plutôt qu’un autre ? 

Mon passé de chef d’entreprise me désigne tout naturellement pour ce rôle, que j’exer-çais déjà informellement au sein d’ECTI Haute Garonne. L’entreprise me passionne toujours, je n’ai pas décroché. Discuter avec le chef d’entreprise, comprendre sa stratégie, le fonctionnement de la structure, les forces et faiblesses, pour mieux le conseiller, c’est du concret et cela me convient parfaitement. 

A ton avis, comment le chef d’entreprise perçoit-il un senior professionnel ? 

Tout est dit dans le vocable « senior professionnel». Nous ne sommes pas les perdreaux de l’année, c’est évident. En revanche, notre expérience et notre profes-sionnalisme sont avérés. Nous pouvons pas-ser pour des « ringards » auprès de certaines start-ups high tech où le « jeunisme » do-mine. Mais c’est plutôt rare. On ne nous de-mande pas d’être expert en technologie – nous serions vite déphasés – mais d’accom-pagner le chef d’entreprise et d’infléchir sa solitude. La problématique n’a pas beaucoup varié depuis mon départ : c’est le chef d’en-treprise qui prend les décisions, il est le seul maître à bord, même si la communication et les méthodes de management participatif ont modifié le commandement. 

Justement en parlant de communication, as-tu adapté tes éléments de langage au temps présent? 

Je pense qu’il faut rester soi-même car la composante humaine souvent prime sur les autres paramètres. En revanche, je me tiens au courant des évolutions en matière de ma-nagement et de financement, ne serait-ce que pour communiquer avec mes enfants, qui sont en entreprise et en Amérique du Nord… 

Quels sont les projets où tu peux dire que ta participation a fait la différence ? 

Nul n’est indispensable, c’est bien connu. Cependant et sans faire une liste à la Prévert, je peux citer deux dossiers récents où les Ectiens ont été utiles à l’entreprise. Je dis bien les Ectiens car c’est un travail d’équipe. Sur le premier dossier, six Ectiens ont été mobilisés pendant 50 jours pour tenter de conseiller et aider à redresser une PME en-gluée dans des problèmes de management et de trésorerie en France et aux Etats Unis. Le chef d’entreprise est d’ailleurs venu témoi-gner aux quarante ans d’ECTI. 

Sur le second, il s’agissait d’une start-up sou-haitant développer une plateforme logistique internet pour des équipements industriels. Nous, je dis bien nous, l’avons aidé à définir ses besoins et ses priorités pour formuler les algorithmes auprès des informaticiens. 

Sur quoi travailles-tu actuellement ? 

Nous avons en ce moment plusieurs dossiers qui concerne des artisans, des entreprises commerciales, industrielles, ou de produc-tion. 

Quelques exemples parmi d’autres. 

--La banque de France nous a demandé d’ai-der des chefs d’entreprises déclarés à la mé-diation du crédit, pour mieux formuler leurs stratégies et leurs plans de redéploiements, et les accompagner pour crédibiliser leurs rendez vous avec leurs banquiers. 

-Une société Camerounaise nous demande de l’aider à finaliser un projet de création d’une entreprise industrielle implantée localement. 

ECTI est ouvert à tous les anciens de l’ENIT, retraités, qui veulent donner de leur temps, et de leur expérience pour notre association. 

 

A ssociation loi 1901, 40 ans d’activi-té, déclarée d’intérêt publiC, re-groupant en France plus de 1500 adhérents retraités bénévoles, anciens cadres , dirigeants, chef d’entreprises, 

ECTI OCCITANIE , est une délégation dyna-mique regroupant 150 adhérents impliqués dans l’accompagnement dans tous les pôles d’activités économiques et sociaux de la région. 

Nos domaines d’interventions: 

Auprès des entreprises : conseiller et accom-pagner les TPE et PME dans toutes les étapes de leur évolution. Management (y compris management éthique), finance, ac-compagnement du chef d’entreprise, dé-marche qualité et normative, export, etc... 

Nos partenaires : Incubateur Midi-Pyrénées, Midi-Pyrénées Active, ETICOOP, Pôle de com-pétitivité Cancer Bio Santé , Médiation du crédit, Banque de France, BPI, ... 

Auprès des Collectivités territoriales : dia-gnostics d’accessibilité, Plan Communal de Sauvegarde, Document Unique, … 

Auprès de 

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.